Aheuhaheuheuha

Aheuhaheuheuha
Temps de lecture : 3 minutes

 

L’individu qui montrait sa bite puis sa bouche ressemblait une miniature du sergent Garcia animée en très très agitée.

Antonin, outré par cette gestuelle obscène l’invectiva vertement : dites donc mon vieux qu’est-ce qui vous arrive ? J’espère que vous ne vous êtes pas autoémasculé en tentant de vous faire fellation de fakir sur mon palier ?

Il y a des caravanes très bien pour les gens comme vous ! Pourquoi venez-vous faire vos saloperies ici ?

Les yeux exorbités du gitan semblaient sur le point d’exploser, il remontra sa bite plusieurs fois dans un mouvement de fureur, multipliant les Aheuheuha. Antonin, que la pudeur empêchait de regarder dans cette direction se fit violence. Il remarqua à hauteur du bas-ventre un petit écriteau indiquant « Bonjour, nous sommes vos nouveaux voisins sourds-muets Gino et Maria ! »

En état de sidération, bouche bée, le regard ahuri Antonin bredouilla :- Ah ben merde alors…excusez-moi ! Vous avez déjà rencontré le nain arabe ? Non, parce que je me demande si l’immeuble n’a pas été racheté par la COTOREP. Vous savez, la théorie qui dit qu’on est le produit de son environnement…je…je flippe un peu là…vous pouvez me répondre s’il vous plaît ?

T’façon, j’ai pris rendez-vous chez mon généraliste.

Cette fois, les yeux du manouche sortirent tellement de leurs orbites qu’on aurait dit qu’ils allaient tomber par terre. Ses joues se gonflaient telles les bajoues d’un hamster furieux sur son faciès rubescent avant de lâcher un AHEUHAHA tonitruant.

Antonin était embarrassé, car il adorait les gitans. À l’heure du repli identitaire pluriel, les gitans restaient la communauté la moins procédurière de France.

Des langues de vipères vous diront que cela est lié au fait qu’ils ne lisent pas les tweets à cause de leur faible taux d’alphabétisation et à l’aversion qu’ils éprouvent à se rendre dans un commissariat pour déposer plainte.

Il n’en est rien !

Ces amoureux passionnés de la liberté sans entrave suscitaient son admiration.

La majorité des citoyens lambda ne rêve que de s’emmurer. Lui-même attribuait une partie de sa déchéance à cette stupide ambition.

La sédentarisation, c’est le début de la soumission volontaire. Devenir propriétaire c’est choisir l’aliénation au système. Ce qui laisse un faible nombre d’hommes vraiment libres.

Son cœur se transformait en un océan d’amertume quand il songeait à ces salauds qui ont tout fait pour troquer le ciel étoilé des tsiganes contre le plafond miteux d’une habitation à loyer modéré.

Tout penaud, Antonin reprit ; désolé vraiment, j’avais pas compris que vous étiez mal-parlant… je sens qu’on va bien s’entendre, enfin, façon de parler… oups…pardon…

Ni une ni deux, fou de rage le muet lui sauta à la gorge dans un rugissement d’AHHEUHNAHA.

Gino lisait sur les lèvres comme on lit son horoscope. Ne connaissant pas les cas social complètement défoncé à la beuh qui se trouvait devant lui, Gino crut qu’Antonin le provoquait en le prenant ouvertement pour un con.

En chutant au sol, Antonin lui décocha une gauche en hurlant : Ah tu veux voir si je parle avec les mains le noï !

Une lutte acharnée au corps à corps s’ensuivit jusqu’à ce qu’un nain maghrébin à la longue chevelure blonde, vêtu seulement d’une paire de bas résille noir et d’un string comestible goût kebab galette sauce blanche, se jette dans la mêlé pour les séparer.

Ali Bachir, l’Alain Baschung du bled fit une entrée en scène pour le moins fracassante.

Tout en séparant les deux torses des adversaires avec ses petits bras musclés, il cria d’un accent de blédard à couper à la hache :

-arrêtez bande di counasses, mon client de 20h20 va arriver !

Surpris par cette intervention cocasse, les lutteurs lâchèrent prise.

To be continued, based on a true story…

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *