À propos de l’auteur

 

Le coupable !

 

L’auteur en quelques mots.
Que dire ?
Vous avez sûrement entendu parler de ces gens que le destin semble pointer d’un index accusateur en leur susurrant à l’oreille : « Toi mon petit bonhomme, t’es parti pour en chier grave ! »
Je vous l’affirme tout de go, cet auteur est leur chef de file.
Pour ne pas avoir le plaisir de le connaître, sa mère décéda trois mois avant sa naissance.(miskina)
Son daron, un psychopathe alcoolique anonyme, les abandonna le jour où feu son ex-femme lui apprit qu’elle était en enceinte. Il ne revient jamais !
Enfant des rues, il passa sa prime jeunesse dans un chenil psychiatrique ayant pour seul ami Adolphe, un bull-terrier borgne atteint de troubles du comportement. Dans leurs vertes années, ils découvriront ensemble les joies de la philosophie, les gourmandises de l’intellect avec Nietzsche Cioran, Vincent Lagaff & Bézu.
Puis, la puberté finira de carboniser cette cervelle de bulot fracassée qu’on aurait laissé crever un après-midi entier par quarante degrés à l’ombre sans ombre sur la plage de Palavas les Flots en plein milieu du mois d’août.
Les problèmes d’eczéma et d’éjaculation précoce de son micropénis parachèveront avec maestria son aigreur de vivre et la haine bouillonnante en lui de toutes les créatures vivantes qui inspirent de l’oxygène pour expirer du co2.
Oui, il ne pouvait être qu’écologiste ! Alors, pourquoi écrire quand on n’a rien à dire ?
Le drame littéraire que vous allez vous prendre en pleine gueule et dû à une révélation quasi mystique :
À dix-sept ans, il lit « L’Alchimiste » de Paulo Cohello.
Un choc ! Une gifle monumentale ! Il ne s’en relèvera JAMAIS !
Ses yeux fondent, il crie, il hurle, se roule parterre, vocifère écumant une bave rabique, se griffe le visage, lacère ses avant-bras à grands coups de lame de rasoir, , défèque dans le bocal de Prévert son poisson rouge et surtout, il pleure….beaucoup, beaucoup, beaucoup.
Ô rage, ô désespoir, sa joie de vivre s’envole comme un vol de blaireaux au-dessus du clapier natal. Il ne peut mener à bien son projet de suicide avant d’avoir démonté le trou de balle à l’autre tarlouze carioca.
Coïncidence, bon augure du grand mektoub ? Il a un physique très proche de Michel Houllbecq.
Il y voit un signe évidant de la destinée.
Son avenir devient limpide et lumineux, il sera écrivain !
La mal poise collant à ses basques telle une déjection canine, il réalise qu’il ne sait pas écrire, pire ! Qu’il ne parle que le « Desépéranto » l’Espéranto de l’autre côté du périph composé de marocain commercial, de ROM, de wolof, de portugais et de verlan gitan.
Qu’importe, le minos ne lâche pas le steak et à trente-sept ans, il publie sur Facebook son premier brûlot incendiaire intitulé « C ki ka fé pôpô dans la cuisine ?  »
C’est la somme de tous ses échecs que nous vous présentons aujourd’hui sur ce blog.
Non pas que nous lui trouvions une quelconque once de talent sous aucune forme, mais toutes les personnes ayant contribué à ce blog sont dépendantes au crack et comme, il ne vit pas de sa plume on… ben, on lui devait un peu de pognon ! Voilà c’est tout ! (pardon)
Autant vous dire que si votre appétence littéraire est du genre : un feu de cheminée, un plaid avec Patachon qui ronronne sur vos genoux, une tasse de chocolat bien chaud et un bon « bouquin » de Nothomb, Musso, Delerme, Aurélie Valognes ou Levy prenez vos jambes à votre cou ! Fuyez braves gens, fuyez pendant qu’il en est encore temps !
Connaissant l’auteur, il vous dirait même d’aller bien vous faire en… en profondeur, mais il n’est pas autorisé à écrire sa propre biographie.
Mais…mais…pourquoi un blog, alors ?
Me demanderez-vous incrédules et fébriles à la fois, vos petits yeux de rongeur de papier embués de larmes à la fois amères et salées, la lèvre inférieure babillant nerveusement, la poitrine en proie au premier soubresaut d’un sanglot mal contenu.

On lui devait de l’argent et il avait des dossiers compromettants sur nous
Dire que vous allez passer un agréable moment en feuilletant ce blog serait vous prendre pour des cons, alors… Passez un agréable moment !